Suisse

La musique : un enjeu majeur pour notre société

“Suivre des cours de musique à l’école, jouer dans un orchestre ou chanter dans une chorale permet, en particulier aux enfants et aux jeunes, d’acquérir des expériences musicales. Cette formation musicale est importante pour le développement de la personnalité. (…)”

Tiens, on dirait la partie du projet présidentiel de Jacques Cheminade consacrée à la culture et à l’éducation! Pourtant, ce n’est pas du “Cheminade”, mais l’initiative populaire “jeunesse + musique” telle que reformulée par le Parlement suisse et finalement adoptée à une large majorité de 72,7 % lors des votations du 23 septembre. L’initiative demandait initialement le renforcement de la formation musicale des enfants et des jeunes. Toutefois le Conseil fédéral et le Parlement, bien que partageant les préoccupations des auteurs de l’initiative sur le principe, désapprouvaient le fait que la Confédération empiète sur les compétences des cantons dans le domaine scolaire. Il y a donc eu une refonte du projet qui a été présenté aux électeurs.

Dans les délibérations préalables menant à cette refonte, les  législateurs étaient tombés d’accord que “La formation musicale des enfants et des jeunes représente sans aucun doute un enjeu majeur pour notre société, et l’initiative fait bien de rappeler l’importance de la musique dans la formation scolaire et extrascolaire.”.

Les documents électoraux envoyés aux électeurs précisaient que : “Le nouvel article constitutionnel vise – comme l’initiative populaire – à renforcer la formation musicale : la Confédération et les cantons s’engagent à promouvoir à l’école un enseignement musical de qualité. Dans leur temps libre, les enfants et les jeunes doivent pouvoir s’adonner à des activités musicales. Les jeunes gens possédant des talents musicaux particuliers doivent être spécialement encouragés.”

Par ailleurs, “Le Conseil fédéral et le Parlement sont d’avis que la musique est essentielle au développement des jeunes gens. Ils recommandent par conséquent aux électeurs d’accepter la modification de la Constitution.”

Les électeurs étaient au diapason.

 

Print Friendly

Laisser une Réponse