Monde

En Ukraine, la déstabilisation de trop ?

 L’Otan a affirmé aujourd’hui que la Russie menaçait la paix et la sécurité en Europe !

La Russie et la Chine encerclées par l'Otan

La Russie et la Chine encerclées par l’Otan

C’est pourtant bien les Etats-Unis et l’Otan (avec la bénédiction de l’UE) qui depuis des années et des années installent autour de la Russie un réseau de batteries anti-missiles balistiques qui, prétendument, ne sont “pas du tout” dirigés contre ce pays (au moins Kroutchev n’avait pas la mauvaise foi de prétendre que les missiles installés à Cuba n’étaient pas dirigés contre les États-Unis). Par ailleurs, au cas où l’opinion publique occidentale n’aurait pas compris qui était la cible et ce que l’on attend d’elle, les grands médias se chargent de l’édifier à ce sujet en faisant de  la Russie – et accessoirement de la Chine – l’image de l’ennemi à abattre.

Aujourd’hui, les puissances occidentales – dont hélas, la France – prises la main dans le sac en train de soutenir un coup d’Etat en Ukraine donnant le pouvoir à des groupes néo-nazis (http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/article/ukraine-vitrenko-interpelle-le-parlement-europeen.html) font comme si de rien n’était et, pire, tentent de faire porter la responsabilité de la crise actuelle aux forces qui s’opposent à leur dessein.

Dans ce contexte, qui nous approche dangereusement d’un potentiel de guerre, le communiqué suivant de Jacques Cheminade dresse un plan d’action pour sortir de toute urgence de cette crise.

 

Déclaration de Jacques Cheminade, président de Solidarité et Progrès

Paris, le 2 mars 2014 — Les autorités ukrainiennes ont déjà mobilisé les réservistes de l’armée et donc le risque d’une guerre s’est accru. Compte tenu des déclarations du président Obama se proclamant prêt à réagir face aux évènements qui se déroulent en Crimée, nous nous trouvons face à un risque immédiat de guerre mondiale, comme au moment de la crise des missiles de Cuba. La différence étant que le président des Etats-Unis d’Amérique n’est pas John Fitzgerald Kennedy.

Le moment est donc venu, pour les pays européens qui sont convaincus que la paix ne peut être préservée qu’en impliquant la Russie dans des négociations globales, de prendre leurs responsabilités. C’est une chose de dire ce que l’on pense à Bruxelles, et une autre d’agir sans tarder.

Les principaux éléments pour établir la feuille de route entre dirigeants russes et dirigeants de l’UE, ce qui signifie la France et l’Allemagne, sont clairs :

  • assurer le respect de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale de l’Ukraine ;
  • ne reconnaître aucun pouvoir de fait à Kiev ou ailleurs en Ukraine ;
  • désarmer, mettre hors d’état de nuire et dissoudre les groupes extrémistes qui prétendent tenir le pouvoir ukrainien de fait sous leur contrôle ;
  • apporter des garanties à la population russophone, notamment en rétablissant le russe comme langue officielle ;
  • reconnaître que seule la Russie est en mesure de fournir un contexte et un moteur au développement du pays ;
  • éliminer l’emprise des oligarques de tout bord sur la politique ukrainienne ;
  • assurer un traitement égal et équitable de toutes les composantes de la nation ukrainienne, celles de l’Ouest comme celles de l’Est ;
  • donner, sous la forme d’un accord entre la Russie, les principaux États d’Europe occidentale et les Etats-Unis, les moyens à l’Ukraine d’assurer une dynamique de développement économique équitable et harmonieux.

Plus concrètement, cette feuille de route ne peut devenir réalité que si les principaux pays en cause établissent un système de crédit public productif se substituant à la règle du jeu actuelle, dominée par une oligarchie monétariste. Ce crédit sera de nature à financer de grands projets de développement, intégrant l’économie ukrainienne, de l’Atlantique à la Mer de Chine. Il reste à changer la direction politique de la zone transatlantique, condition de départ pour donner des bases solides à la paix. Cela suppose de mettre un terme au pouvoir de la City et de Wall Street et de tous ceux qui font leur jeu, à commencer par Barack Obama et tous les dirigeants européens qui se soumettent à l’Empire anglo-américain actuel. Pour réellement libérer l’Ukraine, il est d’abord nécessaire de libérer nos propres pays de leur caste cannibale. Il y va de la paix.

 

Signalons par ailleurs que Jacques Cheminade était récemment l’invité de Russia Today où il a donné des clefs pour comprendre l’enjeu de ce qui se passe en Ukraine.


Cheminade sur Russia Today: en Ukraine on… par Solidarite_et_Progres

Pour approfondir :

Le Financial Times suggère d’utiliser la crise Ukrainienne pour renverser Poutine !

Ukraine : N. Vitrenko dénonce un putsch néonazi poussé par l’OTAN

 

Print Friendly

Laisser une Réponse