Sciences et arts

Un cadeau de nouvel an

Pour commencer l’année au niveau adéquat, voici cette magnifique émission consacrée au cadeau de nouvel an que fit le grand savant Johann Kepler en 1611 à l’empereur von Wackenfels ; car il fut un temps où des princes, rois et empereurs se passionnaient pour les questions belles et profondes, pour les sciences et les arts qu’ils savaient être ce qu’il y a de plus précieux. Ce cadeau est un petit écrit intitulé “L’Etrenne ou la neige sexangulaire” (ed. C.N.R.S. VRIN, Paris, 1975).

Combien notre monde serait différent si nos chefs d’Etat étaient capables de retrouver cette passion pour la connaissance ! En ce qui nous concerne, nous les citoyens, ce serait une faute impardonnable que de négliger l’étude de ce que les Kepler, ou d’autres génies de la même portée, nous ont offerts. C’est en s’appropriant leur pensée que l’on en vient à comprendre à quel point il est nécessaire que l’organisation politique de la société permette d’aller plus loin dans le domaine de la connaissance, qu’elle reflète et soit en mesure de rendre compte de ce monde des idées qui, comme Kepler le montre si bien, est paradoxalement plus réel que la réalité. Négliger cette étude, c’est s’exposer à ne pas comprendre les enjeux de son époque, être politiquement impuissant et, finalement, faire le jeu d’une oligarchie prédatrice qui veut imposer son obscurantisme.

 

Print Friendly

Laisser une Réponse